Ma vision sur les rivières Bretonnes .

Au cours de ma vie , j’ai pêcher plusieurs endroits diffèrent , que ça soit des grandes , moyennes ou petites rivières toute on leurs charmes et leurs difficultés . J’ai suivis les traces de mes amis , en observant leurs gestes , leurs techniques , tous on un point commun , la discrétion et l’approche du poisson . Que ça soit en mer , en réservoir ou en rivière l’observation du milieu aquatique et la clef de la réussite . 

Lorsque j’ai commencer à me promener sur les différentes rivières Bretonnes , je me suis rendu compte assez rapidement la difficulté d’approcher les poissons . En effet les eaux granitiques qui coulent dans les vallées ne permettent  pas de repérer les truites . La couleur thé ne fait que augmenter la difficulté visuelle , ainsi une truite peut rester dans 30cm d’eau sans qu’on puisse la voir . Les sols sont constitués de sable , débris de bois , pierre et différents minéraux , tous ce biotope ne fait que renforcer la beauté de ces paysages si sauvage .

A plusieurs mètres ,  un poisson est capable de vous sentir derrière lui et de remonter à toute vitesse , de cette manière vous aurez foutu en l’air au moins 15 bon mètres de la rivière . L’ondulation de l’eau stoppe immédiatement l’activité des truites . La couleur de ces poissons vont du jaune or , si ceux ci vivent a proximité des bans de sable , ou carrément noir avec de magnifique point rouge . Je ne pas de préférence pour ma part , quels soit petits ou grosses les truites Bretonnes sont magnifiques . J’ai commencer a changer mon approche , un jour ou je photographier calmement un poisson . En effet alors que j’étais concentrer sur mon image , j’ entendis un bruit sourd qui me fis relever la tête aussitôt . Une truite venait de se reposter dans la veine principal , le calme de la rivière avait retrouver une certaine tranquillité .

Depuis ce jour , j’ai compris que ce jeter à l’eau comme la plupart de nous le font , n’est pas forcement la meilleur solution .  Le petit plus peut être de ma réussite sur les eaux Bretonnes est surtout de longues observations cachée derrière les fougères , pour analyser le comportement des truites . Beaucoup de poissons entre 18 et 20 gobent régulièrement les emergentes de sedges et mouche de mai , pour moi ces poissons sont ici , pour fuir au  moindre bruit et allerter le reste de la rivière . Un changement inhabituelle et tout le monde est partie . les grosses gamelles cachent en dessous des poissons magnifiques a la robe sombre . C’est vieux poissons donc la croissant est très longues a cause des eaux granitiques sortent que très rarement , et pourvoir espérer lancer sa mouche a proximité relève souvent du miracle . Ces truites sont méfiantes , rusées et capable de vous exploser un 14 centièmes juste sur un démarrage . Il faut au contraire ce faire oublier et faire partie de la nature . De plus en plus je trouve des poissons blancs qui remontent du blavet pour trouver la fraîcheur des eaux , c’est peut être un signe du réchauffement climatique . Ces nuisibles comme certain les appelles ce nourrissent d’insectes , des oeufs de truites . On retrouve différente especes présente , les gardons , chevesnes et rotengles gobent régulièrement prés de la bordure . Certains les jettent sur les près pour ma part , ils repartent aussi a l’eau car si c’est poissons sont ici , c’est que le problème viens d’ailleurs ! J’ai toujours ce plaisir a faire un beau rotengle bien rouge ou alors un chevesne qui m’aura donner beaucoup de difficultés a approchés . 

Pêcher à la mouche vous l’aurez compris , c’est tout d’abord une harmonie avec la nature . Prenez le temps de vous s’asseoir sur une roche , alors peut être un martin pêcheur ce possera sur une branche , un ragondin traversera la rivière avec ses petits . Vous observerez aussi ces magnifiques libellules rouge ou ces demoiselles bleue ou brun qui font le charmes de nos cours d’eaux . Lever les yeux quelques secondes pour voir le geai qui traverse le sous bois , laissez vous envahir par le champs des oiseaux . Autour de vous , tous ce petit monde vont faire que vous passerez une agréable journée sur ces cours d’eau . Relâcher vos rêves . 

Merci d’avoir partager cet instant avec moi .

A bientôt fabien .

 

                  

                   

                  

                  

                   

                  

                  

                  

                  

 

Voila un petit moment que vous venez de partager de ma vie sur les rivières Bretonnes .

A plus fabien .

13 commentaires.

  1. Salut captain , lorsque le niveau de la rivière monte en principe c’est là que tu fais les plus belles , car les truites ne te voie pas arriver , tu as raison .
    Je n’aime pas trop pêcher dans ces conditions car souvent , les pêcheurs au vairon et au ver courent le longs de la rivière . Les premières pluies d’aout fait monter souvent de beaux poissons .
    Voila , a plus .
    Bye fabien

  2. Salut,
    Ton analyse me semble effectivement très juste. J’ajouterais une remarque sur les “grosses” truites bretonnes : les sorties que j’ai pu faire cette année lorsque les eaux étaient hautes et teintées m’ont permis de leurrer des truites en moyenne nettement plus grosses qu’en conditions normales…

  3. En ce moment je prépare mon prochain article . Bienvenu à richard qui trouvera sa place sur notre forum . A bientôt .
    Fabien .

  4. Salut Fab56,
    Bravo pour ta prause, pour ceux qui sont loint de tout, de la magestées de dame nature, de ses rivières et de tous ces acteurs…merci!
    KODIAC

  5. Tu mets en évidence le fondement même d’une partie de pêche réussie, l’approche… qui suppose de passer là où c’est pénible et plein de ronces plutôt que le long de la rive, qui suppose de passer plus de temps mouche sur l’accroche hameçon que sur l’eau, et qui nécessite une connaissance des postes pour ne pas arriver avec ses gros sabots sur ZE spot de la rivière !
    Couplée à la capacité de bien présenter une artificielle, et il devient envisageable de prendre une truite !!
    Pour ma part la tâche à accomplir reste immense…

  6. Salut Fabien
    une belle description que tu nous fais la
    On voit tout de suite que tu aimes ces rivieres
    Même si les truites ne sont pas aussi grosses que celles de l Est ce n est pas pour autant qu elles se laissent prendre et comme tu le dis il faut se confondre a la nature pour pouvoir les leurrer
    J aime pecher autant les premieres que les secondes avec le meme plaisir et les plus difficiles ne sont pas toujours celles que l on croit
    a+ Gus

  7. Salut christophe , je retiens ta critique qui va me permet d’avancer un peu plus dans le domaine de la photo .
    A plus amigo .
    Salut fanfouet , il y a tellement de coins différents qu’on ne sera pas de trop à deux pour échanger nos observations .
    Pour les belles truites , je crois que c’est le sujet de mon prochain article .
    Bye .
    Salut serge , humm toi aussi tu la connais bien la vallée .
    A bientôt .
    Salut csfly , il y a tellement de belle chose a montrer à travers une photo , en plus l’univers de la pêche a la mouche ne peut que renforcer nos images . Merci . A bientôt .
    Merci laurent pour ton passage sur mon blog .
    Au plaisir .
    Salut math , dans la vie parfois on fait des rencontres . Tu fait partie de ces personnes avec qui j’aime échanger des moments au bord de l’eau .
    A bientôt fabien .

  8. Salut Fabien,
    La passion qui t’anime est telle qu’il est difficile de rester insensible à tes écrits. A la lecture de ton article, je me suis souvenu de quelques discussions que nous avons eu au bord de l’eau.
    J’aime ta philosophie et la partage à 100%. Elle est à la hauteur de l’homme que je connais.
    @ bientôt
    math

  9. Salut
    A travers ces remarques mais aussi à travers des photos , on ressent vraiment la passion pour tes rivieres ….Bravo fabien pour tout cela

  10. C’est tellement vrai, tu as complètement percé le mystère des rivières bretonnes, une approche de sioux c’est ça le secret d’une belle réussite ..

  11. Salut Fabien
    Je sens qu’on risque de bien s’entendre bientôt… J’ai hâte de te rencontrer pour partager ces moments d’observations… J’aime bien ton approche de la pêche, j’ai la même. Et tes photos sont vraiment très belles !
    Une petite question : ta plus grosse truite bretonne, elle mesurait combien à peu près ?
    En tout cas bravo pour ta description de l’approche et pour tes clichés magnifiques.
    A bientôt dans le 56 !

  12. Salut Fabien,
    Tu as raison de souligner l’approche ! C’est certainement une des grandes clefs pour réussir sa partie de pêche.
    Tes photos sont superbes mais je les trouves un poil trop petites pour les apprécier à leur juste valeur.
    @+ l’ami

Commentaires clos.